La citation du dimanche #22

Do you want an adventure now or would you like to have your tea first?

Peter Pan, James M. Barrie

Publicités

La citation du dimanche #20

Dans le silence humide et tiède, sous la lumière couleur d'étain, au chuchotement de la pluie, le battement confidentiel de la pendule fabriquait patiemment nos minutes communes, et je sentais profondément la douceur de nous taire ensemble. Puis, sans le moindre bruit, elle se levait, pour aller s'asseoir au piano, et ses doigts délivraient de petites musiques, qui ne voulaient pas sortir sous la pluie, et voltigeaient dans l'ombre, tout autour du plafond.

Le temps des secrets, Marcel Pagnol

La citation du dimanche #19

Lorsque je suis assise au salon, à regarder mon si joli jardin, je pense parfois qu'il pourrait être l'heure de fermer définitivement les yeux, le regard posé sur cette nature que j'aime. Et la seule certitude que celle-ci renaîtra et me survivra m'apaise.

Le tout dernier été, Anne Bert

La citation du dimanche #18

Mais dans les bras d'un églantier, sous des grappes de roses blanches et de l'autre côté du temps, il y avait depuis des années une très jeune femme brune qui serrait toujours sur son cœur fragile les roses rouges du colonel. Elle entendait les cris du garde, et le souffle rauque du chien. Blême, tremblante, et pour jamais inconsolable, elle ne savait pas qu'elle était chez son fils.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol

La citation du dimanche #16

Il faut vivre avec cette certitude que nous vieillirons et que ce ne sera pas beau, pas bon, pas gai. Et se dire que c’est maintenant qui importe : construire, maintenant, quelque chose, à tout prix, de toutes ses forces. Toujours avoir en tête la maison de retraite pour se dépasser chaque jour, le rendre impérissable. Gravir pas à pas son Everest à soi et le faire de telle sorte que chaque pas soit un peu d’éternité.

L’élégance du hérisson, Muriel Barbery

La citation du dimanche #8

Tout le long du sentier herbeux, l'eau coulait sans bruit, éternelle, et les sauterelles d'autrefois, comme des éclaboussures, jaillissaient en rond sous mes pas. Je refis lentement le chemin des vacances, et de chères ombres marchaient près de moi.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑