Week-end Conseil #6 : Les Fourmis – Bernard Werber

J’ai décidé de lancer une série d’articles pour vous conseiller les romans qui m’ont le plus marquée et que je recommande souvent autour de moi.

On a tous (ou presque) des romans qu’on a déjà lus, qu’on se souvient avoir appréciés, mais dont on est incapable de parler…parce qu’on a oublié l’histoire. Et puis il a ces livres qu’on n’oubliera jamais parce qu’ils nous ont marqué. Ces livres qu’on voudrait partager avec le monde entier pour pouvoir en parler tout le temps. C’est de ceux-là que je veux parler dans cette série d’articles.

Cette semaine, je vous parle du livre Les fourmis de Bernard Werber.

Le résumé de l’éditeur

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète.

Sept cents millions d’individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires… Ses armes aussi. Terriblement destructrices. Lorsqu’il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Jonathan Wells est loin de se douter qu’il va à leur rencontre.

À sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces « infra terrestres », au fil d’un thriller unique en son genre, où le suspense et l’horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses. Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des… fourmis !

Cette trilogie (car il y a deux autres tomes) a été ma toute première approche de Bernard Werber, un auteur dont j’ai par la suite dévoré presque tous les romans. Le premier tome, sobrement intitulé Les fourmis a été une véritable révélation : je n’avais jamais rien lu de semblable. Les personnages principaux étaient des fourmis, on me parlait de phéromones, de guerres entre différentes races, de survie, d’organisation de fourmilière, le tout basé sur des faits scientifiques avérés, et j’étais complètement accro ! Je me suis d’ailleurs précipitée sur les deux tomes suivants dès que possible.

Bien sûr, il y a aussi des personnages humains, qui vivent leurs propres aventures. Cela permet de dynamiser l’histoire et de ne pas lasser le lecteur avec des histoires d’insectes. On trouve d’ailleurs souvent des parallèles entre ce que vivent les humains et ce que vivent les fourmis, et c’est assez amusant. De plus, vous vous en doutez, si les deux univers sont parfaitement distincts au début du roman, ils finissent par se rejoindre de façon surprenante !

Comme il s’agit d’un thriller, il y a bien évidemment une enquête sous-jacente, un mystère à élucider. Et puis il y a la fameuse énigme avec les allumettes ! Je ne suis pas très douée pour les énigmes et j’ai passé des heures dans ma cuisine à essayer de résoudre celle-ci. Il y a une énigme à résoudre par tome et je me suis prise au jeu d’essayer de trouver la solution avant les personnages. Inutile de vous dire que j’ai lamentablement échoué, étant donné qu’au fil des livres, elles deviennent de plus en plus compliquées…

Werber a une écriture très efficace, avec une alternance de chapitres très courts au début, puis de plus en plus longs. Très malin pour nous faire rapidement rentrer dans le récit et nous donner envie de ne plus le lâcher. De loin en loin, l’histoire est entrecoupée de chapitres de L’encyclopédie du savoir relatif et absolu, prétendument écrite par Edmond Wells, personnage (et œuvre) qui revient souvent dans les romans de Werber.

Cette lecture est à la fois surréaliste et fascinante. On ne regarde plus les fourmis de la même façon après cette lecture. On apprend beaucoup de choses sur elles, sur leur hiérarchie, leur évolution, leur intelligence.

Si les derniers livres de Bernard Werber m’ont un peu moins emballée, au point que je décide finalement de laisser purement et simplement tomber cet auteur, ses premiers romans sont vraiment des pépites à découvrir absolument. Je ne peux que vous les recommander !

4 commentaires sur “Week-end Conseil #6 : Les Fourmis – Bernard Werber

Ajouter un commentaire

  1. Tiens, j’ai justement relu le premier tome en décembre ! J’ai adoré cette trilogie il y a dix ans et j’ai eu envie de relu tous ces vieux livres (Les fourmis, Les thanatonautes, L’empire des anges et Le cycle des dieux, L’ultime secret et Le père de nos pères). Ce sont les seuls livres que j’ai lus de lui et autant j’ai envie de les relire maintenant, autant tous ses autres bouquins qu’il a écrits après ne me tentent pas vraiment, va savoir pourquoi, je suis bien avec ceux-là. Cela dit, s’il y a un autre roman qui est vraiment excellent de ton point de vue, je suis toute ouïe !

    Aimé par 1 personne

    1. Je peux aussi te conseiller « Le papillon des étoiles » que j’avais vraiment beaucoup aimé à l’époque. Ça fait un moment que je ne l’ai pas relu, mais il m’avait marquée et je le conseillais à tout le monde. Je vais peut-être le relire, d’ailleurs. Ou faire un autre « Week-end Conseil » dessus…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :