[Mini-lecture du lundi] L’invention de Hugo Cabret – Brian Selznick

typewriter-801921_1920

** Sur une idée originale de la Chronicroqueuse de livres **

Le week-end dernier (du 14 au 16), c’était marathon de lecture dans le cadre du challenge Il était six fois Noël. Comme j’avais pas mal de choses de prévues le samedi et le dimanche, j’ai décidé de me tourner vers des lectures plutôt courtes pour ce marathon. C’est donc avec plaisir que je me suis replongée dans les aventures de Hugo Cabret. J’avais déjà lu ce livre il y a trois ans et j’avais très envie de le relire.

Hugo Cabret est orphelin. Son père vient de mourir dans l’incendie du musée où il était employé. Le garçon est alors recueilli par son oncle qui l’héberge dans les combles de la gare dont il est chargé de régler les horloges. Or, Hugo a une obsession : achever de réparer l’automate sur lequel son père travaillait. Il est en effet persuadé que cet automate a un important message à lui délivrer…

Les livres de Brian Selznick ont un style unique et il présente lui-même L’invention de Hugo Cabret comme « un roman en mots et en images ». Et c’est tout à fait ça. On alterne les scènes racontées avec des mots et les scènes illustrées. Les images ne servent pas à illustrer le récit, mais remplacent bel et bien des passages entiers de l’histoire.

 

 

Ça donne une ambiance très particulière à l’ensemble et ça permet de renforcer certaines scènes plutôt anodines. On se croirait un peu au cinéma. Le livre s’ouvre par exemple sur un travelling avant sur la lune. À chaque page tournée, la lune grossit un peu plus, puis on zoome sur Paris, avec la Tour Eiffel et les toits de la ville, puis sur une rue, une gare, la foule, et enfin, un petit garçon (Hugo Cabret, vous vous en doutez).

C’est d’autant plus approprié que, comme vous le savez peut-être si vous avez vu le film, l’histoire aborde notamment le thème du cinéma. Hugo vit dans les années 1930 et on parle donc de la naissance du cinéma, de vieux films qui ont eu beaucoup de succès et ont marqué les esprits, etc.

Personnellement, j’aime beaucoup les dessins de Brian Selznick que je trouve très doux et qui apportent vraiment une autre dimension à l’histoire. Outre ces illustrations, on trouve aussi dans ce livre des images d’archive de plusieurs vieux films, qui permettent de se remémorer (ou de découvrir) les films mentionnés par les différents personnages.

Je ne peux que vous conseiller ce magnifique livre. C’est une très belle histoire pour les petits comme pour les grands ! 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :