Week-end Conseil #5 : The Time Traveler’s Wife – Audrey Niffenegger

J’ai décidé de lancer une série d’articles pour vous conseiller les romans qui m’ont le plus marquée et que je recommande souvent autour de moi.

On a tous (ou presque) des romans qu’on a déjà lus, qu’on se souvient avoir appréciés, mais dont on est incapable de parler…parce qu’on a oublié l’histoire. Et puis il a ces livres qu’on n’oubliera jamais parce qu’ils nous ont marqué. Ces livres qu’on voudrait partager avec le monde entier pour pouvoir en parler tout le temps. C’est de ceux-là que je veux parler dans cette série d’articles.

 

Cette semaine, je vais vous parler de The Time Traveler’s Wife, ou Le Temps n’est rien d’Audrey Niffenegger.

Le résumé de l’éditeur

1020614

Nous avons tous déjà eu cette impression d’avoir rencontré une personne quelque part avant, ou de l’avoir connue dans une autre vie… Et si c’était dans un autre temps ?

Quand Henry, bibliothécaire, voit arriver Clare, une artiste séduisante, il ne peut croire à l’incroyable : ils se connaissent depuis des décennies, même s’il ne s’en souvient pas. Car Henry est atteint d’une maladie qui le propulse dans le temps. Il a rencontré Clare alors qu’elle était enfant et va sans cesse partir et revenir à des époques de leurs vies respectives…

L’histoire folle et romanesque d’un amour absolu et éternel.

***

Audrey Niffenegger’s innovative debut, The Time Traveler’s Wife, is the story of Clare, a beautiful art student, and Henry, an adventuresome librarian, who have known each other since Clare was six and Henry was thirty-six, and were married when Clare was twenty-three and Henry thirty-one. Impossible but true, because Henry is one of the first people diagnosed with Chrono-Displacement Disorder: periodically his genetic clock resets and he finds himself misplaced in time, pulled to moments of emotional gravity in his life, past and future. His disappearances are spontaneous, his experiences unpredictable, alternately harrowing and amusing.

The Time Traveler’s Wife depicts the effects of time travel on Henry and Clare’s marriage and their passionate love for each other as the story unfolds from both points of view. Clare and Henry attempt to live normal lives, pursuing familiar goals—steady jobs, good friends, children of their own. All of this is threatened by something they can neither prevent nor control, making their story intensely moving and entirely unforgettable.

J’ai découvert ce roman par hasard lorsque je travaillais en librairie en Angleterre. Le titre m’a intriguée et quand j’ai lu le résumé (en anglais, donc moins tarte qu’en français), j’ai immédiatement décidé de l’acheter.

En commençant ma lecture, j’avais peur qu’on se perde un peu dans la chronologie. Henry est atteint d’une maladie qui lui fait faire des sauts dans le temps. Il ne contrôle pas du tout ses crises qui se déclenchent généralement dans des situations de stress. On est donc sans cesse promené du présent vers le passé.

Lorsqu’il croise Clare, celle-ci sait qu’elle finira par l’épouser, tout simplement parce qu’elle l’a rencontré quand elle était enfant et qu’il lui a annoncé que, dans l’avenir, ils étaient mari et femme. Sauf que Henry ne connaît pas encore Clare. Il la rencontre pour la première fois… Il ne voyagera dans le passé pour la voir enfant que dans plusieurs années.

Ça a l’air compliqué comme ça, mais c’est parce que je n’ai pas le talent d’écriture d’Audrey Niffenegger. L’histoire est vraiment très bien écrite (en VO, en tout cas, je ne sais pas ce que donne la traduction) et on s’y retrouve plutôt bien. J’ai aimé les changements de points de vue entre Henry et Clare qui permettent d’avoir deux avis sur la situation, j’ai adoré les bonds dans le temps et leur histoire d’amour.

Et pourtant, Dieu sait que je ne suis pas très portée sur les romances que je trouve souvent bourrées de clichés, avec des personnages féminins plutôt insipides et peu charismatiques et des hommes beaux et forts pour venir les « sauver » de leur célibat.

Ici, on est plutôt sur une vraie belle histoire d’amour. Clare est têtue, forte et sait ce qu’elle veut. Quand Henry la repousse, elle s’accroche. Elle sait que c’est l’homme de sa vie. Quand il se renferme sur lui-même, qu’il a honte de sa maladie, elle le soutient, l’encourage à se reprendre en main, à essayer de gérer ses crises.

Henry et Clare ont vraiment une belle relation qui leur permet de traverser les coups durs et de vivre avec cette maladie parfois très handicapante.

J’ai adoré cette histoire et je vous la recommande si vous aimez les voyages dans le temps et les belles histoires d’amour !

2 commentaires sur “Week-end Conseil #5 : The Time Traveler’s Wife – Audrey Niffenegger

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :