Week-end Conseil #3 : La part de l’autre – Eric-Emmanuel Schmitt

Je relance cette série d’articles pour vous conseiller les romans qui m’ont le plus marquée et que je recommande souvent autour de moi. Je vous donne rendez-vous le premier vendredi de chaque mois.

On a tous (ou presque) des romans qu’on a déjà lus, qu’on se souvient avoir appréciés, mais dont on est incapable de parler…parce qu’on a oublié l’histoire. Et puis il y a ces livres qu’on n’oubliera jamais parce qu’ils nous ont marqué. Ces livres qu’on voudrait partager avec le monde entier pour pouvoir en parler tout le temps. C’est de ceux-là que je veux vous parler.

Cette semaine, je vais vous parler de La part de l’autre d’Eric-Emmanuel Schmitt

Le résumé de l’éditeur

 

1016600

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…

J’ai toujours aimé les uchronies, même si je n’en ai pas lu beaucoup. Qu’est-ce qui se serait passé si… Et si Untel n’était pas jamais né ? Et si Machin avait été tué dans un accident alors qu’il était encore un enfant ? Si le complot visant à renverser le pouvoir ou à tuer un haut dignitaire du pays avait réussi (ou échoué) ? J’aime savoir que tout tient à des détails, à d’énormes coïncidences, à une erreur de timing.

Ce roman était donc fait pour me plaire. Ici, l’auteur par du principe que la haine qui habitait Hitler a été provoquée par son échec à l’examen d’entrée aux Beaux-Arts et qu’à partir de là, il a commencé à détester un peu tout le monde sans véritable autre raison que : « Ils sont tous méchants avec moi, je suis un grand incompris, personne ne m’aime ». En gros.

On alterne donc les chapitres historiques sur la véritable vie d’Hitler, sa montée au pouvoir et tous les détails sordides que l’on connaît, et les chapitres romancés où l’auteur imagine un personnage différent, qui connaît le succès artistique et l’épanouissement.

J’ai bien aimé cette mise en parallèle parce qu’on suit en temps réel les « deux vies », on voit à quel point la perception des événements est altérée par ce qui arrive aux deux personnages, et à quel point leurs actions sont également conditionnées par leurs vies respectives. Ils rencontrent parfois les mêmes personnes mais n’en ont pas la même opinion et c’est assez amusant à lire.

Et vous, vous l’avez lu ? Vous avez d’autres uchronies à me conseiller ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :