Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Le résumé de l’éditeur

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Mon avis

J’avais lu de nombreux bons avis sur ce livre, tout le monde parlait de la fin si surprenante, de l’atmosphère angoissante et glaçante du roman.

Du coup, c’est avec beaucoup d’impatience que je l’ai commencé dans le cadre du Cold Winter Challenge et du marathon de lecture Il était cinq fois Noël.

Renseignements pris sur les différents groupes Facebook concernés, il s’est avéré qu’en réalité, le style de Laura Kasischke divise. J’ai un peu l’impression que c’est comme la Marmite : soit on adore, soit on déteste.

Et il se trouve que je déteste. Ou que j’ai détesté ce livre, en tout cas. Tout d’abord, j’ai trouvé le style extrêmement répétitif. Mais quand je dis « répétitif », c’est que j’ai commencé le livre un soir et lorsque je l’ai repris le lendemain matin, j’ai cru que ma liseuse avait un problème et que j’étais en train de relire ce que j’avais lu la veille ! Des phrases entières sont carrément répétées à l’identique à seulement 1 ou 2 pages d’intervalle. Je ne vois franchement pas l’intérêt et c’est profondément agaçant.

J’en étais à peine à 20% du livre (oui, je l’ai lu en ebook, comme vous l’aurez compris, donc je vous parlerai en pourcentages) quand j’ai failli abandonner. Ce ne sont que les autres participants au challenge qui m’ont poussée à continuer en me disant que la fin était tellement surprenante que ça valait le coup que je m’accroche.

Arrivée à 30%, j’ai commencé à me douter de ce que la fin nous réservait…et à lire en diagonale, lassée par les trop nombreuses digressions (totalement inutiles). À la moitié du bouquin, j’avais quasiment compris la fin (à deux ou trois détails près, mais je vous jure que j’étais franchement pas loin). Le style « long monologue intérieur » m’a aussi pas mal gonflée.

Holly s’est donc levée en retard ce matin de Noël. Tout le monde doit arriver dans moins de deux heures et elle passe de (très) longues minutes à regarder par la fenêtre, à se plonger dans ses souvenirs, à appeler sa fille pour rien, etc. Oui, parce que dès que sa fille n’est plus dans son champ de vision, Holly l’appelle, de manière compulsive, pour lui dire des platitudes inutiles quand elle réapparaît.

On perd du temps, on digresse, le temps passe, rien ne se passe, l’histoire n’avance pas.

Et honnêtement, on voit venir la fin à des kilomètres. Je suis pourtant une grosse quiche et je ne trouve jamais la solution quand je lis des romans policiers (j’ai lu tous les Agatha Christie et je n’ai trouvé le coupable que dans un seul, c’est vous dire). Mais là, ça m’a paru tellement évident que j’avais surtout envie de finir pour voir si j’avais raison.

Une grosse déception pour moi, donc (et une lecture qui m’a tiré de nombreux soupirs d’ennui).

Et vous, vous connaissez Laura Kasischke ? Vous avez déjà lu des livres d’elle ? Plutôt fan ou pas ?

Publicités

Un commentaire sur “Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :